Par POEMES_EPARS - Publié dans : ECRITURE ou LIVRES
Mercredi 12 mars 2014 3 12 /03 /Mars /2014 23:53
 Poétiques
Les torpeurs anhydrites des résorptions clavicules, des primales vertèbres, auto-flagellatoire des lapsus pachydermiques de congres statistiques isomorphes des césures omoplates… O hybrides tubercules les vagins scéniques, végétatifs de volubilité yeux des rémittences apoplectiques, idoines aux phosphores laryngologies des cartes libellules, des pupilles cartilages; les fragrances soleils, dithyrambiques de co-éclatement les chiens ! Délinéaments traitement des sensitivités plastiques, poulpesques; récriminations-de-grillons;  colorées d’un arc de transparence androgyne, les opératoires fratricides, incestueux de trompes drastiques; homophobes, langues les phénomènes calculés, spermatozoïdes des licenciements liberticides ; les rousseurs imberbes, les co-vicissitudes, symbolisme des fragments, étamines, joailleries ubuesques lexicaux; je ris de tes orgasmes organes, fomentées des supputations phalliques; diachroniques; sentinelles des coccinelles bougies; o fraise hippodromes des ciseaux figues, de liaisons les crépuscules mythologiques, carotides-des-clepsydres-scalènes-anneaux des cous algorithmiques, savons des coléoptère hydres de phallus, de vins Jésus-Christ les apophtegmes nombrilistes des alertes ébriétés, bombyx, l’encres des coucheries succursales, exsangues d’omoplates cris… des amidons poreux-ignitions, des cartouches l’index des rires montgolfières de Leibniz, les octogonales pédestres; larmes !!de masses étoilées, supputations des finesses rectangulaires, artères des majuscules éclosions des sentinelles, papillons, à l’envers de ses protéines dardées, spoliées d’exclamations ourdies, ovipares ! pédoncules iris des voluptés cytologies lièvres, cyclicités des lacs épiscopales, larmes des dissidences catharsis, verbes, sucrées des charcuteries homophobes; dés-en-ventilations-des-catalyseurs-terrines, des arboricoles influx de machines corps des soleils panégyriques, trompées des interstices, à. catacombes merci les  petite cloques agrafeuses; o anus des placentas les roses télescopiques de neuronales arachnoïdes jambes ; pourquoi les étoiles pleurent leurs téléphones a. diurnes, leurs foliations épileptiques des dyschromies chocolat ;soleil !!!
O baignoires urticaires de ses arachnides libéralités, la tâche des prunes octogonales, l’oblitérations géométriques de ses pommes-idiots-lacets des nomenclatures arachides, os les miroir puces des poupées salivaires, pute; d’œil les efflorescences dichotomie-ales ; o incandescences des poutres, chairs des orteils émasculés, caduques, onyx des probes flagellations acoustiques ailes !.. contentions des lapsus stratégiques,  pistil, la bourse de colonnes-capsules, des lunules diamantées des corpusculaires vibrations, aléatoires, à l’internement péché; des échelles forclusions les intestines pesticides, transcendantes, champignons de euh vieillesse !! O trompes de citrons vétustés des colocataires pastiches, vitreuses, idoines de ses onomatopées translucides; de vision la centrale nucléotide des chants chat-huant.
Merci les éructations de sels, compendium, vive les ostracismes alcooliques, des scissions partagent aisselles les rouge-gorge énuclée de mouchoirs la carotte; o lampe de rotules les inflorescences catéchumènes, jugulaires prismatiques, de conques les aphrodisiaques, malléabilités, hypo-centrismes, les adjonctions lestes des fruits karaoké; vive de bis catapultes les exanthèmes nuages de religieuses amphétamines; de ses monocles les dextérités, groseilles, volatiles des salives caïmans mistrals les ingurgitations à photosynthétiques des torpeurs carnassières, australiennes; prisons fleurs de pétanques lacrymogènes, versatiles vive les peintres sextuples, ampère des latéralités oestrogènes; o pourquoi existe-t-il tant  de solipsisme dos; parce que les hyènes pléthoriques, des funambules carreaux, trompées; lipides, des joues textiles, colorées de franges « les Ravéliens » thermonucléaires de barreaux les monstrations cycloïdales, o les cucurbitacées trombinoscopes, la dis-phases des cloches le velours, vélocipèdes, les bouchées  dé- marcations apostrophées, elles; objet… des circoncisions homicides bip des sources filles « play » de cavalcades, plissement des doigts thermiques; scolopendres fiches polystyrènes, des miles, cris les anathèmes les pierres, cercles des virginales colimaçons tenseurs de flegmes l’araignées; vierge, vexations, frôlement des polynomiales lubricités, phonèmes-acouphènes, identique silicium de silicium; o Dieu de mes onces gazouillis, liberté bouche la chaise, douches; je crois qu’il existe des hommes, des femmes, gouvernées par le désir, de statufier les vibrisses logistiques, l’atermoiement danses cancéreuses, filigranes les gravures astérisques, trouées de bipolaires lâchées vectorielles, de cohabitations larvées de larynx tronches cônes !
                                                Clément Velluet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés